On pourrait résumer le parcours de cette formidable auteur, compositeur et interprète à une collection quasi ininterrompue de succès, entre
 les premiers prix de conservatoires, les tubes du top 50, les tournées 
à guichets fermés, les disques d’or et de platine. D’autres préfèreront y
 voir les engagements humanistes, les petites phrases –ou plutôt la petite 
phrase- et les quelques actes de pure bravoure comme cette magnifique photo
 de Catherine Lara signée Richard Avedon et déjà –on est en 1980- complètement
 emblématique de son tempérament flamboyant et avant-gardiste. 
Associée depuis 1973 aux paroliers Daniel Boublil, Luc Plamondon, Etienne Roda-Gil, Pierre
Grosz, Alain Lacaux, Elisabeth Anaïs et Jean-Jacques Thibaud, Catherine Lara n’a cessé de publier
 des albums, tout en participant régulièrement à des actions humanitaires comme Les Restos du Cœur, Sidaction ou Sol en Si.

En l’année 2000, Catherine sortira un album de violon, «ARAL», qui remportera un immense succès, jusqu’à se classer dans le Billboard américain. Libre, Catherine LARA ne s’est jamais vraiment laissée porter par l’air du temps. Elle a toujours choisi chaque collaboration, chaque orientation musicale, allant puiser l’inspiration du côté de l’Espagne, de l’Afrique ou des pays de l’Est. Chacune de ses compositions, pour elle-même ou pour tous ceux avec qui elle a travaillé, de Barbara à Johnny Hallyday, est une marche pour aller plus haut, vers une harmonie toujours plus parfaite. Une harmonie qu’elle cultive aussi désormais au quotidien, car si elle a toujours soif de rencontres et de musique, elle a aussi appris comment récolter jour après jour, les petits bonheurs éphémères que la vie pose devant nous.